C’est l’heure de la Chandeleur !

brown and white pastry on blue round plate

Découvrez pourquoi en France, nous mangeons des crêpes à la chandeleur ! Au programme, un peu d’histoire chrétienne, un tour du monde des crêpes et la recette de la pâte à crêpes, typiquement française.

Alice à France Langue Martinique

green palm trees near mountain during daytime

Alice a passé plusieurs mois avec nous dans l’école de Martinique. Elle est l’une des premières étudiantes à avoir étudié dans notre nouvelle école. Elle a eu la gentillesse de nous écrire un petit témoignage pour partager son expérience Alice, qui es-tu et d’où viens-tu? Coucou! Je m’appelle Alice, j’ai vingt ans et je suis suédoise. Pourquoi apprends-tu le français? Quelle est la place du français dans ton pays? En Suède on peut étudier le français à l’école alors j’ai étudié le français quand j’étais petite, au collège. Après le lycée j’ai commencé à travailler comme animatrice dans une école française à Stockholm, avec des enfants qui parlent suédois et français et c’est pourquoi je voulais encore améliorer mon français. Pourquoi as-tu choisi France Langue? Et pourquoi la Martinique? J’ai commencé à chercher une école de langue sur Internet et j’ai vu qu’on peut étudier ici en Martinique. Je connaissais déjà la Martinique car j’avais un collègue à l’école dont la famille était originaire d’ici. Comment se sont passés tes premiers jours en Martinique? Mon premier jour en Martinique était un peu difficile parce que je ne savais pas quoi faire ici, mais immédiatement après mon premier jour d’école, je me suis sentie mieux. Les professeurs et ceux qui travaillent à l’école étaient chaleureux et j’ai rencontré les autres étudiants aussi. On est allé à la plage et on a appris à connaître le quartier des Trois-îlets un peu. Où étais-tu hébergée? J’ai trouvé un appartement à Fort de France. C’était dans une famille, avec une femme et deux enfants. C’était tellement sympa et ils m’ont beaucoup aidé pendant mon séjour ici. Nous sommes devenus très bons amis et je me sentais comme un membre de la famille. Quelles étaient tes activités? As-tu visité les environs? J’ai visité beaucoup des lieux avec des étudiants, des musées, des plages, des restaurants et bars qui étaient très sympa. Par exemple Les Salines, la plus grande plage dans le sud, La Savane des Esclaves, un très bon musée et Oasis Grill, l’un de mes restaurants préférés sur l’île. Quelles spécialités as-tu mangées? La meilleure chose à propos des voyages est toute la bonne nourriture qu’on a la chance de manger et en Martinique il y a beaucoup de bons plats! J’ai mangé des accras, de petits beignets frits à la morue, qui est une spécialité ici, et wow ils sont tellement bons! J’ai mangé beaucoup de poisson et viande grillés avec une sauce typique de la Martinique, la sauce chien (non, ce n’est pas du chien dedans) et j’ai aussi goûté le colombo, le lambi et les pâtés salés. Comment décrirais-tu ton expérience à France Langue? L’école France Langue en Martinique a été si bonne. Les professeurs sont très professionnels et j’ai appris beaucoup de français avec eux. J’ai rencontré beaucoup de gens sympas de différents pays et nous avons toujours passé un bon moment en classe. Nous avons pratiqué la grammaire, la compréhension écrite et orale, et bien sûr, nous avons beaucoup parlé français. Quel est ton meilleur souvenir ? Je ne peux pas dire mon meilleur souvenir de la Martinique parce qu’il y en a beaucoup trop. Mais je peux dire que ces trois mois (presque quatre!) ont été parmi les meilleurs de ma vie. Honnêtement, j’ai rencontré tellement de gens sympas pendant ce séjour, j’ai pu profiter d’une nouvelle culture, d’un nouveau pays, d’une nouvelle langue. Il a parfois été difficile de ne pas être dans son « habitat naturel » mais cela a été très instructif. J’ai non seulement appris à parler français ici, j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même. Je recommande à tout le monde d’aller dans un autre pays pour améliorer une langue, vous ne pouvez que gagner. Je suis très reconnaissante d’avoir osé faire ce voyage. La Martinique aura toujours une place spéciale dans mon cœur. Merci à Alice pour le temps qu’elle a pris pour nous raconter son expérience. Si vous souhaitez vous aussi partager sur votre séjour à France Langue, contactez-nous. Témoignage recueilli par Sandrine, responsable pédagogique à France Langue Martinique.

4 lieux à découvrir ou redécouvrir à Paris l’été

Les quais de Seine C’est une belle manière de découvrir Paris, à pied, à vélo ou en bateau et de voir tous les plus grands monuments, de la Tour Eiffel à Notre-Dame de Paris, en passant par le Louvre, les Invalides, les Grand et Petit Palais. On s’y promène de jour comme de nuit, rive droite ou rive gauche et on s’émerveille de ces berges classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée Quand on est à Paris, on a parfois besoin de s’évader, aussi l’Aquarium tropical situé dans le palais de la Porte Dorée est un petit paradis pour s’échapper du bruit et de la foule. Vous pouvez plonger dans un monde de tranquillité et de douceurs et découvrir plus de 500 espèces de poissons d’eau douce et d’eau de mer, ainsi que des coraux et des organismes marins. L’Aquarium existe depuis 1931. http://www.aquarium-tropical.fr/ 293, avenue Daumesnil, 75012 Paris (métro Porte Dorée) La coulée verte Quoi de plus reposant qu’une balade au calme et proche de la nature, c’est possible à Paris à travers la coulée verte ! Cette promenade, appelée aussi Promenade plantée, vous permet de découvrir le 12ème arrondissement, loin des voitures et de la circulation. Elle emprunte le trajet de l’ancienne voie ferrée Bastille/Vincennes sur une longueur de 4,5km. Elle relie les environs de Bastille (Avenue Daumesnil) à la Porte Dorée et la Porte de Vincennes. Une bonne partie de la Coulée Verte se situe à 7 m au-dessus des rues et permet de surplomber la ville. On peut y accéder tout au long du parcours grâce à des escaliers et des ascenseurs. Le Jardin du Luxembourg Il est situé dans le 6ème arrondissement, en bordure de Saint-Germain-des-Prés et du quartier Latin. Il a été créé à l’initiative de la reine Marie de Médicis en 1612. C’est un cadre magnifique, avec son jardin à la française, son jardin à l’anglaise, le Sénat, son grand bassin et ses superbes fontaines. Savez-vous combien il y a de statues dans le Jardin ? 106 ! Elles sont disséminées un peu partout dans le parc. Les serres contiennent une collection d’orchidées et une roseraie magnifiques. Et partout des chaises pour s’asseoir qu’on peut déplacer, mettre à l’ombre sous les arbres ou au soleil au choix ! On se croirait dans le parc du Château de Versailles, en plus petit et en plus proche !

Les bonnes adresses et les spécialités incontournables à Nice

Les spécialités niçoises La gastronomie méditerranéenne est très connue en Europe et dans le monde entier. Et la cuisine niçoise a aussi ses spécialités. Dans les restaurants du Cours Saleya, on peut goûter le traditionnel « Menu Niçois », qui permet aux clients de choisir une entrée, un plat et un dessert. Dans le Vieux-Nice, on peut se promener dans les petites rues et découvrir des restaurants locaux. Je recommande comme entrée les farcis niçois: des légumes garnis avec une mélange de viande, jambon, œufs et épices et comme plat principal les « Raviolis à la Daube ». C’est délicieux ! Et en dessert, la tourte de blettes, torta de blea en nissart (tourte sucrée – salée à base de blettes (sorte d’épinards), de pignons de pin, de raisins secs, de sucre…) D’après Juliana D. A. Au goût thé d’antan (31 avenue Borriglione – Nice) Pour le déjeuner, j’aime bien aller dans un très petit restaurant pas loin de l’école. Ce restaurant est situé avenue Borriglione. L’atmosphère me plait parce qu’elle est différente d’autres restaurants touristiques. Comme je n’aime pas trop manger à midi, cette adresse est parfaite pour moi. Le chef propose trois tartes salées différentes accompagnées d’une salade. Pour le dessert, on a la possibilité de choisir entre trois gâteaux. La serveuse est très gentille et j’ai pu parler un peu français avec elle. Formule à 11.90€ : tarte salée, gâteau, café et carafe d’eau. Fermé le dimanche et le lundi La Barque bleue (7 quai des deux Emmanuels – Nice, port) Il y a plus de vingt ans, j’ai pris des cours de français à Nice. Depuis ce séjour, je reviens chaque année à Nice pour quelques jours. J’aime bien l’atmosphère de cette ville et j’aime me promener sur la Promenade des Anglais. Une autre raison de revenir chaque année, c’est le menu de poissons du restaurant « la barque bleue » situé sur le port de Nice. Le restaurant offre chaque jour des poissons frais grillés, selon « arrivage du jour ». Les clients peuvent choisir entre la daurade, le loup ou la sole meunière. Pour moi, la qualité de ces trois poissons et la préparation sont extraordinaires ! Avant de cuire le poisson, le serveur nous le montre sur un plateau, nous en indique le poids et nous demande si cela nous convient. J’apprécie de passer une soirée dans ce restaurant pour un excellent dîner accompagné d’une bonne bouteille de vin tout en admirant le coucher de soleil derrière la colline du château ! Hans S. Les spécialités niçoises : la salade niçoise Connue dans le monde entier, la salade niçoise est la spécialité culinaire par excellence de la ville. Avec la ratatouille ou encore la socca, elle est l’ambassadrice du patrimoine culinaire niçois. Souvent galvaudée, elle a ses ardents défenseurs. Un cocktail de saveurs et de couleurs… S’il vous prend l’idée de concocter votre salade niçoise ou d’en consommer une au restaurant, alors méfiez-vous. Il existe en effet un critère fondamental : elle ne comporte aucun légume cuit. Ne cuisinez ni haricot, ni riz, ni pommes de terre, au risque de vous attirer les foudres des puritains de la salade niçoise. Car elle est un subtil mélange d’arômes et de couleurs. Tomates, anchois, olives noires de Nice, œufs durs, basilic et cébettes composent la base traditionnelle de ce plat typiquement méditerranéen. A votre guise, et en fonction des saisons, vous pourrez y ajouter, concombres, artichauts, radis, céleri, mesclun, fèves et oignons rouges. Et pour l’assaisonnement, une pointe de vinaigre est tolérée en plus de l’huile d’olive. … à déguster en toute circonstance Plat estival par excellence, la salade niçoise possède également sa version nomade : le pan bagnat. Là encore, évitez de vous mettre à dos les niçois en l’appelant « pain » bagnat. Le pan bagnat était à l’origine le casse-croûte des pêcheurs. Le rituel consistait à mouiller le pain rassis avec de l’huile d’olive pour le ramollir. Pan banhat signifie en effet « pain trempé» en occitan. Une fois humide, on glisse entre ses deux tranches rondes les mêmes ingrédients que ceux de la salade niçoise. Pratique à transporter, riche en vitamines, il est le compagnon idéal pour une balade au soleil. Certains s’insurgent contre les innombrables sandwichs vendus sous l’appellation « pan bagnat » qui n’ont pourtant rien de commun avec le classique niçois. Respecter la tradition niçoise Alors certains passent à l’offensive pour défendre leur patrimoine. Tout comme il existe à Marseille une charte de la bouillabaisse, des restaurateurs niçois se sont unis pour créer un label de l’authentique pan bagnat. Leur but est de certifier le respect de la tradition niçoise et de différencier leurs produits des succédanés vendus sous cette appellation. Un label « cuisine nissarde » a également été créé dans les années 2000. C’est Renée Graglia, ardente défenseuse de la gastronomie niçoise et célébrité locale décédée en juin 2013, qui en est à l’origine. Un comité technique composé d’une dizaine de professionnels du tourisme et de la gastronomie a édité une quinzaine de recettes niçoises typiques. Les restaurateurs qui souhaitent bénéficier de ce label doivent en proposer au moins trois sur leurs cartes. Aujourd’hui, quinze restaurateurs de Nice et sa région en bénéficient. Vous êtes donc prévenus : la salade niçoise a une recette bien précise. Méfiez-vous des contrefaçons. Et si vous aimez Nice et la cuisine, pourquoi ne pas suivre nos cours de cuisine à Nice ?